Les Biens des Couvents  Liste des Curés depuis 1692

 

 

 

 

 

 

Liste des Maires ayant administré la Commune depuis 1852

1852 - 1857
Jean THOUVENIN
1904 - 1907
François ANDRE
1857 - 1860
Sébastien RENE
1907 - 1909
Marie-Charles LEMAIRE
1860 - 1871
François LEMAIRE
1909 - 1911
Paul THOMAS
1871 - 1874
Sébastien RENE
1911 - 1919
Emile LEMAIRE
1874 - 1876
Charles RICHIT
1919 - 1923
Albin POUJOL
1876 - 1879
Jean NICOLAS
1923 - 1925
Edmond RICHIT
1879 - 1881
Charles RICHIT
1925 - 1932
Charles BRIONNE
1881 - 1883
Charles VILLEMIN
1932 - 1936
Justin SIMMER
1883 - 1884
François LEMAIRE
1936 - 1946
Emile-Julien LEMAIRE
1884 - 1888
Dominique CLAUDE
1946 - 1947
Léon LEMAIRE
1888 - 1892
Charles VILLEMIN
1947 - 1963
Charles BRIONNE
1892 - 1896
Dominique CLAUDE
1963 - 1971
Jean IUNG
1896 - 1898
Charles VILLEMIN
1971 - 1972
Albert KLEIN
1898 - 1904
Marie-Charles LEMAIRE
1972 - 1995
Henri LEMAIRE
   
1995 -
Gérard LIGER

 

Il est à noter que pendant les trois guerres 1870-1871, 1914-1918 et 1939-1945 le maire d'Atton fut un LEMAIRE

L'EGLISE

 

L'église est dédiée à Saint Germain D'Auxerrois (390-444) fêté le 31 juillet. Evêque d'Auxerre, il alla combattre en Grande Bretagne l'hérésie de Pelage. Si Saint Germain est le patron de la commune, c'est sans doute en souvenir d'Attila qui est passé par Atton en 451 en allant de Metz à Scarpone et vice et versa. D'ailleur n'y-a-t'il pas la commune de Sainte Geneviève dédiée à Sainte Geneviève et celle de Clémery dédiée à Saint Loup. Dans l'église, un vitrail représente Saint Germain bénissant Sainte Geneviève.

L'église n'est ancienne que par le choeur qui date du XIIe siècle. Le clocher, construit en pierre au -dessus du portail, fut sans flèche jusqu'en 1912. Choeur et autel viennent de la chapelle du couvent de la Visitation. En 1843-44, construction de la tribune pour donner plus de place, l'église étant trop petite.

En 1844, bénédiction de deux cloches pour remplacer l'unique cloche, trop petite pour se faire entendre sur toute l'étendue du village. La grosse pesant 493 kg s'appelle Alexandrine du nom de la marraine : Marie-Charlotte Alexandrine JACQUINOT, fille du lieutenant général baron JACQUINOT, pair de France, grand cordon de la légion d'honneur. La seconde, Marguerite, pèse 332 kg.

En 1847 un compte rendu du conseil paroissiale signale que l'on a fait venir l'architecte qui a procèdé à la construction de l'église pour lui faire constater des réparations à faire, (sans doute des malfaçons) mais le délai de 10 années pendant lesquelles l'entrepreneur est responsable, semble dépassé. Donc la constructione de la nef et la tour pourrait remonter au début du XIXe siècle.

En 1860, une religieuse fait don à la paroisse d'un reliquaire contenant une relique de la vrai croix.

De 1887 à 1890, pose des boiseries du choeur.

En 1896, bâtème de trois cloches, Germaine Marie (note Fa), Joséphine Marie (Sol) et Caroline Virginie (La) détruite en 1944, elle a été remplacée par Hélène Emilienne en 1948.

De 1898 à 1900, pose des bancs de la nef pour la somme de 3. 610 F.

Du 20 février au 6 mars 1910 une mission a lieu dans la paroisse, le Révérend Père NORBERT en est le prédicateur. Un grande fête est organisée et se termine par l'implantation d'une croix, une représentation du Christ est amenée sur un chariot fleuri et fixé sur la croix. Reconstruite après la guerre 14-18, cette croix se trouve actuellement à l'angle de la rue de Scarpone et de la route de Nomeny.

 Table des matieres