Aux Morts pour la France

GUERRE 1939-1945

L'EXODE

 

Le 11 juin 1940, les deux tiers de la population fuient vers le sud. Certains qui avaient trouvé des chariots, arrivés à CEINTREY (54), furent mitraillés et bombardés. Apprenant que les Allemands étaient à EPINAL, ils firent demi-tour et rentrèrent au pays.

 

LA LIBERATION

 

Lorsqu'Atton fut libéré le 16 septembre 1944, les Américains trouvèrent un village en ruines et sans habitants.

Michel PERRIN, ancien conseiller municipal, qui avait 16 ans à l'époque, évoque ses souvenirs :

"Le 4 septembre, la population a été entièrement évacuée par une compagnie de l'AFRIKA KORPS qui voulait faire place nette pour mieux résister à l'armée Américaine. Les habitants trouvèrent refuge dans les communes voisines, la majorité à MORVILLE et à PORT-SUR-SEILLE, le reste à EPLY, NOMENY et des communes plus éloignées.

Vers le 15 septembre, une patrouille Américaine envoyée en reconnaissance, après avoir traversé la Moselle, rencontra un détachement Allemand en plein centre d'Atton, il y eut des pertes sensibles des deux côtés et les Américains se replièrent. Ils envoyèrent un avion de reconnaissance prendre des photos car ils pensaient qu'Atton était un repaire d'Allemands. Ces photos montrèrent un char Allemand évoluant dans le bas du pays, à la hauteur du pont qui servait d'abri, et que les Américains prirent pour l'entrée d'un tunnel abritant des Panzers. Tragique méprise car il s'agissait d'un seul char patrouillant et il n'y avait plus d'Allemands dans le village. Le bombardement commença, aucune maison ne fut épargnée, plus de 50% furent détruites par le feu et les autres plus ou moins endommagées par les bombes et les obus.

 

 

Si le village ne fut pas rasé à 100% c'est grâce au colonel FRANCOIS, chef des FFI, qui s'était aperçu que le village était vide, a prévenu les Américains qui ont arrêté le pilonnage (épisode relaté par Charles FRANCOIS dans "le Pays Lorrain").

Morville fut libéré le 17 septembre au matin par les Américains. Le 18, profitant du brouillard matinal, les Attonnais regagnèrent leur commune. La population de Morville a été très accueillante et ceux qui ont vécu ces moments-là en ont gardé un excellent souvenir et en seront toujours reconnaissants.

Les habitants qui avaient été accueillis dans des communes autres que Morville et Port-sur-Seille n'ont été libérés qu'en novembre, car ils avaient été refoulés jusqu'à MORHANGE (57) par les Allemands.

 

  Table des matières